ApprentissageHistoireLangage

Fiches de Nomenclature des Figures Féminines de la Science

Tandis que nos manuels scolaires font la part belle à Gutenberg, Galilée, Darwin ou Einstein, qu’en est-il de ces femmes qui depuis les premières civilisations éclairent notre conscience tout en restant dans l’ombre ?

Ces fiches de nomenclature permettront d’initier cette exploration en classe ou en famille et, sans nécessairement remettre en question la paternité des découvertes scientifiques, on découvrira que ces grandes découvertes ont parfois été inspirées ou révélées directement par des femmes. On pourrait alors s’interroger sur la « maternité » des découvertes scientifiques.

Apports pédagogiques

  • Repères chronologiques
  • Supports de visualisation
  • Décloisonnement des centres d’intérêts
  • Recherche documentaire autonome

Éléments de compréhension

Il nous faut remonter loin dans le temps, et sonder la table rase du passé, examiner les moindres vestiges sur la terre brûlée de l’histoire des hommes pour retracer l’histoire des femmes de science. Cette histoire connue commence avec Hypatie d’Alexandrie, mathématicienne et philosophe grecque, née entre 355 et 370. Elle meurt, sauvagement assassinée dans des circonstances controversées et ses travaux seront perdus avec la destruction de la Grande bibliothèque d’Alexandrie.

Avec la christianisation de l’occident, la seule science admise restera jusqu’à la Renaissance, celle des saintes écritures. Les bûchers de la Sainte-Inquisition brûleront leur lot de sorcières et d’hérétiques et, dans le secret, les hommes poursuivront leur patiente observation de la nature. Les étoiles de la science au féminin recommenceront à briller plus tardivement avec Émilie du Châtelet, Marie Anning, Mary Sommerville, Caroline Herschel ou Ada lovelace… La lente Renaissance des femmes savantes se poursuit aujourd’hui encore.

 

Computer Women Harvard

Le groupe de Women computers de l’Observatoire de l’Université Harvard vers 1890.

 

Pour retrouver ces femmes de l’ombre, l’enquête plonge dans un passé plus obscur encore, dont les méandres se perdent dans les recoins insoupçonnés de laboratoires, d’observatoires et autres instituts où, reléguées et confinées à des tâches subalternes, elles ont contribué à faire grandir l’arbre de notre connaissance en rendant leurs travaux à des hommes.

Ainsi, Henrietta Swan Leavitt, en 1912, à partir des plaques photographiques du télescope de L’observatoire de l’Université Harvard, révèle que la magnitude des étoiles variables –les céphéides, est proportionnelle à leur période de variation d’éclat, permettant de déterminer les distances qui nous séparent d’elles. Et dans ce harem de « Women computers », réunit par l’astronome Edward Charles Pickering, on retrouvait également Annie Jump Cannon, Williamina Flemming et Antonia Maury

 

HedyLamarr

L’actrice et inventrice Hedy Lamarr qui inventa le principe de transmission utilisé dans la téléphonie mobile, le WiFi et le GPS.

 

En pleine lumière des projecteurs de cinéma, Hedy Lamarr prend la pose ; actrice glamour et non moins géniale et audacieuse. Initiée aux techniques des systèmes de contrôle des torpilles du fait de son mariage avec le fabricant d’armes autrichien Friedrich Mandl, elle invente en collaboration avec son nouveau mari, le compositeur Georges Antheil, un système de communication par étalement de spectre par saut de fréquence. Cette « technique Lamarr » est aujourd’hui utilisée entre autres pour le GPS, la téléphonie mobile et le WiFi.

 

VeraRubin

L’astronome Vera Rubin vers l’âge de 12 ans. Ses découvertes inspireront l’hypothèse de l’existence de la matière noire.

 

Le XXème siècle a fait son ouvrage en distinguant Marie Curie de deux prix nobel en sciences. D’autres femmes ont été également distinguées tout en restant relativement méconnues du grand public. Mais bien que le cloisonnement des intérêts culturels et professionnels soit encore très marqué et que la question du décloisonnement reste étrangement polémique, nous mettons peu à peu en lumière une nouvelle facette de notre humanité. En présentant ces fiches à nous enfants, nous les mettons au monde face à de nouvelles références et, à l’instar de la jeune Vera Rubin, il ne sera pas étrange de voir des fillettes se passionner pour les sciences.

Principe de fonctionnement

  • 1. Une représentation picturale.
  • 3. Une bande de nomenclature du personnage.
  • 3. Une bande de repérage de fonction et d’allégeance .
  • 4. Un caractère en police « Sassoon ».

 

AnatomieFiche_FemmesScience

 

Prévisualisation


divider

Téléchargements


telecharger

 

Pour aller plus loin…

1 Commentaire

  1. Superbe, merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *